Scroll to Top Go to Home Page
Go to Admin

свети минаПравославни икониCliquez ici pour télécharger mon rapport trimestriel !компютри sites de poker en lignetelecharger evrest pokerpoker telecharger en lignetournoi poker internetjeu de poker gratuites francaisjeu gratuites poker texaspro poker tourtelecharger jeu pc pokerjouer poker macregles poker holdpoker en ligne patrick brueljeux texas holdemle poker en rseau gratuitesjouez au pokerjeu de poker internetregle du jeu poker texastelecharger poker gratuitesjouer o poker en lignepoker en ligne gratuistlcharger gratuitement jeu de poker en lignejouer au poker gratuitesonline poker rankinggratuites jeux yahoodes rgles du jeu pokerjeu poker portables7 card stud en lignejeux pokerjeu du pokercomparatif poker onlinepoker pour jouerjeux de poker a telechargersites poker en lignejouer seven card stud gratuitescomment apprendre jouer au pokervente jeu de pokertexas holdem oddspoker game onlineguide poker en lignepoker gratuites sans telechargementtelechargement jeu pokerraman amplifierplay free seven card studjouer au pokerjeu de texas holdemworld poker series 2007play seven card stud onlinepoker comtexas holdem downloadles rgles de jeu pokerpoker texas holdem gratuitesstreap poker en ligne

1er job à Disney: baker

ac_doro.jpgVoici l’équipe de travail au début: Anne-Charlotte, Antoine, Laurie, Julien, Audrey, Eric, Emilie, Kamel, Wilfried, Marika, Mélanie x 2, Stéphanie x 2, Faïcal, Adeline, Aurélie, Caroline, Lidia, Fanny, Bénédicte, Laure et les managers Emmanuelle & Magali.

L’ambiance a toujours (ou presque) été bonne. On essaye de s’aider et se rendre service malgré certaines tensions. Emmanuelle, une des managers ne nous fait pas de cadeaux (contrairement à Magali, plus patiente et gentille). Quand quelque chose ne va pas, on s’en prend plein la figure. Et mieux vaut arriver à l’heure et rien n’oublier ; pour les filles : cheveux tirés et attachés avec un filet à chignon, pas de maquillage excessif, une seule boucle d’oreille (petite et qui ne pend pas), pas de manucure, collants couleur chaire etc… et pour les garçons : être bien rasé, pas de bijoux apparents, avoir son bérêt… Pour tous : costume propre & port du nametag obligatoires !

Chacun y met du sien et tout le monde bossait dans la bonne humeur. Les fous rires devant les Guests sont fréquents (et dûs à eux souvent).cleaning_bakery.jpg

Le rythme de travail diffère complètement de ce dont on a l’habitude en France. Mais on s’y habitue vite. On peut faire soit

- l’ouverture (opening) : de 10′00 à 17′00

- la fermeture (closure): de 16′00 à 21′00 ou 22′00 pendant les fêtes

- être en double: de 10′00 à 21′00 ou 22′00

On a dans la plupart du temps deux jours de congé (jours off) qui ne correspondent pas au samedi/dimanche classique.

Notre schedule de première semaine 

scedule_bakery.jpg

 



IllumiNations: Reflections of Earth

A 21h tapantes, c’est l’heure du feu d’artifice au World Showcase d’Epcot: IllumiNations, Reflections of Earth. Ce show a lieu tous les soirs, et c’est magnifique. La musique, le show, tout est mis en scène pour émerveiller les spectateurs ! Et ça marche ! Je l’ai vu tous les soirs pendant 14 mois et je ne m’en suis jamais lassée.

La Terre est représentée et tourne dans le lagon ; sur les parois de la boule, des images du Monde défilent et celle-ci se fractionne à la fin.

Les meilleurs « spots » sont le pavillon mexicain et le pavillon français (du restaurant Chefs de France, on a une vue sur le lagon, d’où la popularité de notre restaurant car on peut y voir le feu d’artifices de sa table).

Un quart d’heure avant le début du show, un speech est annoncé dans tout le parce annonçant le spectacle

“Ladies and Gentlemen, Boys and Girls,

Because GE bring good things to life, in Just 15 minutes, The EPCOT family and GE will present ILLUMINATIONS: REFLECTIONS OF EARTH. There are still great viewing locations all around the world showcase lagoon. Due to lower light levels during the show, please take small children by the hand and remain on the promenade side of the railings.

Find your spot, because Illuminations, Reflections of Earth will begin in just 15 minutes

We are gathered here tonight, around the fire, as people of all lands have gathered for thousands and thousands of years before us. To share the light and to share a story. An amazing story as old as time itself, yet still being written. And although each of us has out own individual story to tell, a true adventure emerges when we bring them all together as one. We hope you enjoy our story tonight, Reflections of Earth”.

1ère partie - IllumiNations: reflections of Earth

2ème partie - IllumiNations: reflections of Earth

Discovery Day: découverte de notre lieu de travail

epcot-map.gifComme chaque arrivée, notre groupe fait le traditionnel «Discovery Day» ; où on nous fait une visite guidée d’Epcot et ses 2 parties : Future World & the World Showcase. La visite se termine par un serment… Je ne peux pas en dire plus, car on jure de ne rien révéler… Ils sont fous les ricains….

Tout le monde se moque de ce que le guide dit ; lorsqu’on est dans les attractions, on en profite pour piquer un somme. La partie « intéressante » est le World Showcase.

Chaque pavillon est représenté par un élément typique de son pays : le Mexique avec une pyramide Maya, la Norvège et un drakar, l’Italie avec son palais vénitien, la France et la Tour Eiffel, le Maroc avec un minaret etc… Tous les pavillons ont un ou plusieurs restaurants qui proposent la cuisine locale. Les Américains sont friands de ça !

Mais ce n’est pas tout, que serait Disney sans ces produits dérivés, chaque pavillon a plusieurs magasins (en France : des Halles, un magasin de vins, un autre de parfums etc… Et ça marche !)

Notre break pour manger se fait à « la mexicaine », cafétéria se situant à côté du pavillon mexicain. C’est le lieu privilégié où les cast members (qui n’amènent pas leur gamelle) mangent leur lunch. On y trouve de tout : des sandwichs de chez « Subway », des salades, des repas chauds, chips, cookies, sodas etc…

Party time à Pleasure Island

pisign1.jpgAvant de commencer à travailler, on a profité de nos soirées pour découvrir le lieu où les Cast Members se retrouvent tous les lundis & jeudis soirs : Pleasure Island, plus fréquemment appelé « PI » (prononcer “Pi Aïe“). On y va en bus, c’est situé à Dowtown Disney et c’est là qu’il y a tous les clubs, les restos, les magasins etc… En tant que nouveaux, on suit la masse principale, qui va au « Motion » , le club pop de PI. Ca fait boîte pour teenagers mais tout le monde s’y retrouve. La musique est du style Britney Spears, 50 Cents, Justin Timberlake ou Jennifer Lopez… je découvre le premier soir que c’est la « leaving party » d’un groupe de Français arrivé il y a 8 mois et qui achève son contrat à Disney. C’est une tradition, leaving party, leaving book, leaving card ; tout est bon pour fêter son départ.

Les boîtes ferment à 2h du mat’ alors à 1’45 am, le DJ nous prévient que c’est la dernière chanson mais que la fête continue dehors. C’est vrai, dans les rues de PI, la musique est là, les gens dansent, discutent, certains marchent en zig-zag après une cuite. La soirée ne fait que commencer pourtant !

Les autres boîtes sont aussi sympas mais moins populaires : “Beach Club” où un groupe de rock différent tous les soirs joue sur scène, “B E T” la boîte hip hop / R&B par excellence, “Mannequins” la boîte homo de PI avec son dance floor tournant etc…

Les jeudis sont envahis par les Comons, Vista Way, et Chatham Square (tous les cast members Disney) , faut aimer !

 En dehors de Downtown Disney, se trouvent également d’autres endroits pour passer de bons moments: “Bongo’s”, le resto/club latin, “House of Blues”, la boîte techno-house, “Jelly Roll’s” etc…

Vue que l’on fait assez rapidement le tour des endroits du coin, beaucoup apprécient plus les virées à Downtown Orlando (pour sortir de l’univer très Disney) comme au “Roxy’s”.

Profession: Cast Member

with-mike.JPGAvec Michaël à la bakery

Le but pour Disney de nous embaucher est de faire découvrir aux Américains différentes cultures au sein d’un parc d’attractions : Epcot Center.

Les cast members qui travaillent au World Showcase sont tous issus de 10 pays différents : Mexique, Norvège, Chine, Allemagne, Italie, Japon, Maroc, France, Royaume-Uni & Canada (un onzième pavillon est présent : American Adveture = États-Unis).

Tous les employés travaillent soit en food & beverage (restaurants ou kiosques) soit au marchandise (magasins) soit aux Guests Relations. Et tout ce petit monde (1 800 personnes environ je dirais) habite dans un seul endroit : The Commons.

Voici mon groupe d’arrivée : Anne-Charlotte, Anthony, Antoine; Laurie, Audrey, Sandrine, Eric, Julien, Virginie, Emmanuel, Miguel, Fred, Arnaud, Karol, Nicolas, Flora, Solène, Julie, Luc, Ronan, Laetitia, Sophie, Aude, Régis, Fabrice, Nouara et Brice.

Chacun a des affinités avec d’autres, les petits clans se créent. Mais au début, on traîne souvent en grand groupe : sorties dans les parcs Disney (Epcot, Magic Kingdom), courses à Walmart…

L’un de mes premiers souvenirs remonte à l’expédition faite avec Antoine, Laurie & Virginie, qui aura duré 3 heures. On est passé par chaque rayon et on n’arrêtait pas d’être surpris par ce qu’on voyait ; notamment les sous-vêtements féminins ! Les culottes sont de vrais parachutes, on peut en faire des hamacs. Quant à la nourriture, c’est désolant, tout est emballé, le fromage est orange et sous vide, le jambon est rose comme mon ex-iMac, les jus de fruits sont bleus ou verts. La chimie est reine dans chaque rayon ! C’est affligeant pour nous, venus de France. On rêve de baguette chaude et de saucisson sec !

Au début donc, tout est beau, tout est rose, tout le monde il est gentil est beau. Les soirées se font chez les uns et les autres, on s’invite à prendre des verres, à manger… Je me suis très rapidement bien sentie.

 

Paperasses, que de paperrasses!!

screenshot001.jpgLa première semaine a été en grande partie réservée aux démarches administratives : sécurité sociale, banque etc…

On est convoqué le matin à 8h au Club House des Commons pour signer toutes sortes de papiers. On ne comprend pas trop ce que l’on fait. On nous « force » à ouvrir un compte en banque à la Vista Federal Credit Union (VFCU) car c’est une banque gérée par Disney, et oui ! Rien ne nous empêche de déposer notre argent sur ce compte car une autre banque est indépendante du système Mickey, la Suntrust, située à côté de Downtown Disney.

Et pour la Sécurité Sociale, on est emmené en troupeau à Orlando pour formaliser notre entrée sur le territoire américain et un numéro provisoire nous est attribué.

Ce n’est pas très excitant à faire mais une fois que c’est fait, on en est débarrassé une fois pour toutes.

Welcome to my new american life

area4_jpg.jpgEnfin, on atterrit, et au moment de passer l’immigration, il faut présenter tous nos justificatifs pour obtenir le tampon qui nous permettra de vivre aux Etats-Unis pendant 12 mois + 3 mois supplémentaires.

Je suis paniquée car je ne vois pas mes bagages ; enfin je vais au bon tapis et je demande à un jeune homme, Anthony, de m’aider à soulever mes valises. Evidemment, la seule qui se fait fouiller ses sacs, c’est moi ! J’en peux plus, on se fait contrôler, fouiller, ça n’arrête pas !
On est attendu par deux femmes d’International Services qui vérifient que tous nos papiers soient en règle.
Le trajet de l’aéroport d’Orlando jusqu’à notre complexe se fait en car et on nous explique où on va. Je suis à la ramasse, je comprends rien à ce qu’on me raconte, je dors à moitié.

On arrive aux Commons, un complexe immense, composé de 23 buildings.
On dépose nos bagages devant ce qu’ils appellent le « Club House » et c’est parti pour des papiers à signer. On est tous endormi, mais on lutte autant qu’on peut. On doit faire notre Commons ID, et pour ça, on doit se faire prendre en photo ! malheur !! Mickey smile, ça fait à peine 1 heure qu’on est là qu’on nous bourre déjà le mou avec Mickey. On nous énumère un à un les articles du règlement des Commons (il y en a une cinquantaine) et on nous demande déjà de donner des sous…
La moitié de mon groupe d’arrivée sera logée à Vista Way, autre complexe réservé aux Disney Cast Members, et je fais partie du lot.
J’arrive dans mon appart, le # 1901. Je suis accueillie par Hassna, ma roomate  marocaine. Deux  Françaises me rejoignent (normalement, dans les apparts, il n’y a qu’une personne de chaque nationalité), Julie et Solène. Je fais mon lit et pense qu’à me coucher car c’est lever à 7h le lendemain, et après les heures de vol, le décalage horaire dans les pates, je suis pas motivée par la party qui nous est réservée.
Je suis quand même heureuse ; je suis aux Etats-Unis.

Que l’aventure commence !

 area1_jpg.jpg

Little Lake Bryan, sur la route des Commons

area2_jpg.jpg

Little Lake Bryan

area3_jpg.jpg

La “Security gate”  à l’entrée des Commons

grounds1_jpg.jpg

The Commons - Building XIV 

grounds4_jpg.jpg

 The Commons - Building IX

grounds7_jpg.jpg

The Commons - Security & Building I vus du Building XIII

 

pool1_jpg.jpg

Piscine des Commons

pool4_jpg.jpg

Salle de musculation des Commons

Compte à rebours jusqu’au jour J

dv2130006.jpgAprès que la nouvelle ait été annoncée autour de moi, je me suis replongée dans mes fiches pour préparer mon diplôme.
Les démarches administratives ne sont pas monstrueuses et  quelques jours après, on m’a annoncée que je partirais le 04 décembre 2002.
On était en mai, alors je voyais ça dans longtemps et je pouvais me désister si je le souhaitais.

Mon BTS en poche, j’ai trouvé un boulot d’agent de voyages en CDD en attendant le 04 décembre. Les mois sont vite passés et à un mois avant le départ, j’ai commencé à sentir une « pression » autour de moi. J’étais plus du tout sûre de vouloir m’exiler pendant un an.
Quitter son environnement, ses habitudes, sa famille, ses amis, et la nourriture française n’est pas facile mais c’est ce que je m’apprêtais à faire.

Les valises, la paperasse, les au-revoirs, les larmes, les promesses… Tout va très vite jusqu’au jour J.

Mardi 03 décembre 2004, dernier vrai p’tit-déj français avec de vrais croissants et autres viennoiseries, derniers bons repas frenchies…
Le décollage est prévu le  lendemain à 7h00 mais à 2h, je décide de refaire mes valises. J’emmène avec moi, 2 grosses valises de 30 kg et 27 kg ! (attention, maximum autorisé, 2 fois 32 kg).
Avec l’aide ma sœur, je refais mes valises, je checke tout à maintes reprises pour être sûre de ne rien oublier d’essentiel .
Je laisse certaines affaires, avec regret mais il faut faire des choix, aussi durs soient-ils.

La nuit a été courte et le réveil sonne à 4h… je ferme la porte de mon appartement, accompagnée de mes parents et de ma sœur (enceinte de 4 mois). J’arrive à Charles de Gaulle, plutôt détendue. Je sais que dans l’avion, il y aura plusieurs autres cast members (on est censé coller le sticker « Mickey » sur nous mais il n’y a même pas moyen que je me ridiculise avec ça). J’enregistre mes bagages et je repère déjà certains de mes futurs collègues.
Avec mes parents et ma sœur, on parle en attendant l’heure d’embarquer… Je repère déjà un couple (à première vue, c’était un grande rousse avec son copain ; ils ne m’inspirent pas trop… les choses changeront bien !). Ca y est, l’heure des adieux a sonné, les larmes coulent, c’est dur de dire au revoir mais mon père me pousse vers le tapis qui monte à la porte d’embarquement. Je me retourne vers mes parents et ma sœur afin de les voir une dernière fois avant de nombreux mois.

Je suis seule et je réalise pas ce qui se passe et ce dans quoi je suis en train d’embarquer.
Je me retrouve assise à côté d’Aude,qui travaillera elle aussi à Disney, mais dans les magasins du pavillon français d’Epcot. Je préfère écouter mon walkman et penser à rien…
Arrivée à Londres Heatrow une heure plus tard, on a 4 heures d’attente avant de décoller pour Orlando. A la sortie de l’avion, on se retrouve 4 ou 5, Laurie, Solène, Virginie, Brice et on décide de se promener dans l’aéroport. On fait les magasins de duty-free et on papote, on se raconte notre parcours jusqu’à maintenant et on se pose 36 000 questions sur ce qui nous attend à Disney.
Dans la salle d’embarquement, on se retrouve quasiment tous, on est une petite trentaine de Français, venus des 4 coins de la France, et je sympathise avec Luc.

Dans l’avion je me retrouve assise à côté de personne, le vol m’a semblé durer une éternité. Dans l’avion, je passe de temps en temps voir Luc, histoire de causer à quelqu’un.

Mon expatriation commence enfin…

Sélections pour travailler à Walt Disney World

wdwip_logo.jpgTout remonte au mois de février 2002 lors d’un forum des métiers dans mon école de tourisme. On nous parle de différents jobs possibles, et ce dans un grand parc d’attractions, en Floride, Walt Disney World of course !! Avis aux personnes concernées : cuisiniers, pâtissiers, serveurs and «at last but not least», baker, c’est-à-dire boulanger (enfin comme ils le disent bien hôte en pâtisserie).

Moi qui rêve de partir travailler aux States, pourquoi pas tenter l’aventure ?
On me communique les renseignements nécessaires pour postuler et me voilà début mars aux entretiens « Chefs de France – Walt Disney World ». Au préalable, j’ai passé un bref entretien téléphonique en anglais.

Salle comble d’une centaine de personnes ; on nous passe des vidéos : une du complexe où on va habiter (ça nous motive car on voit de jolis apparts, les piscines, la salle de sports, le jacuzzi, et la Floride avec ses palmiers et son éternel soleil – Florida is the Sunshine State, ndlr) et une autre sur les différents postes à pourvoir. La cassette vidéo présente des jeunes de 18 à 30 ans, le sourire aux lèvres, heureux de bosser, dans un cadre avantageux, au « pays de la magie ».

Ensuite, petit rappel des lois américaines et de l’interdiction de consommer des drogues ou de boire avant 21 ans (t’es overage, ça passe, t’es underage, attends d’avoir 21 ans et tente ta chance ! car aller aux Etats-Unis sans pouvoir consommer ne serait-ce qu’une goutte de vin, ça vaut pas le coup).
2 entretiens à passer : le premier s’est fait avec un Français (j’apprendrai 8 mois plus tard que c’était Grand Phil, l’un des managers du resto Chefs de France), il me questionne sur mes motivations mais me parle surtout des voyages qu’il y a à faire là-bas : les Bahamas, le Mexique etc… c’est tentant… Le deuxième entretien s’est fait en anglais avec un Américain d’International Services (c’est cette entreprise qui s’occupe du recrutement des futurs cast members). Il m’a posé des questions sur la ville que je souhaitais représenter (Annecy en l’occurrence), sur ce qui me plaisait aux Etats-Unis. J’étais plutôt contente de moi mais je ne me faisais pas non plus des films.

La verdict arrive rapidement, et deux semaines plus tard j’ai reçu le carton qui disait que j’étais prise. J’étais à la fois contente mais pas non plus radieuse de réaliser qu’on me proposait de partir vivre à 8000 km de chez moi.